Espaces urbains
  • Barcino
  • Créativité
  • Musées
  • Patrimoine culturel
  • Tourisme responsable

Le Raval

Le quartier aux rues désordonnées connu sous le nom du Raval, qui s'étend de la Rambla au Paral·lel, est le passé et l'avenir de Barcelone. Un quartier dense, différent, qui a toujours été un lieu d'accueil et qui possède une vie culturelle qui n'existe nulle part ailleurs dans la ville.

Le Raval est authentique et a du caractère. Il attire tellement les gens qui se promènent dans ses rues, qu'un verbe a été créé pour désigner cette action: ravalejar. Il est l'heure d'aller ravalejar, de déambuler dans ce quartier qui invite le visiteur à s'imprégner de culture.

Des traces du passé

L'édifice le plus ancien du Raval est le monastère de Sant Pau del Camp, de style roman et originaire du Xe siècle, lorsque cette zone se trouvait en dehors de la Barcelone fortifiée. C'est durant l'époque médiévale que le quartier, plein de champs cultivés et de couvents, fut protégé par les troisièmes murailles de la ville. De cette époque, et construites selon le style gothique prédominant à Barcelone, ont été conservées d'importantes constructions, comme les imposantes Drassanes, qui délimitent le quartier côté mer, et l'édifice de l'ancien hôpital de la Santa Creu, qui accueille aujourd'hui la Bibliothèque Nationale de Catalogne et qui possède une cour intérieure ouverte à tous plantée d'orangers, invitant au repos.

Ce n'est qu'au XVIIIe siècle qu'il fut urbanisé comme tout autre quartier de la ville et, très rapidement, grâce à ses faibles loyers, il devint le lieu de résidence d’ouvriers et d'immigrants qui fuyaient souvent la faim de la campagne pour venir travailler dans l'industrie barcelonaise de plus en plus active. Malgré l'ombre naturelle du Raval, où il semble que la lumière du soleil ait du mal à pénétrer, au milieu des rues étroites et humides de ce quartier, Antoni Gaudí laissa son empreinte colorée en construisant le Palais Güell, la maison familiale de l'entrepreneur Eusebi Güell, le premier grand ouvrage de l'architecte moderniste, dans la rue Nou de la Rambla.

La transformation d’un quartier

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, le Raval, en raison de sa proximité avec le port, devint le quartier chinois de Barcelone. Centre de révoltes prolétaires, le quartier souffrit énormément des guerres, qui n'aidèrent pas le Raval à perdre l'air de banlieue marginale qu'il a traîné derrière lui pendant des années. Mais des temps meilleurs survinrent aussi dans le quartier «chinois»: l'ouverture de la rambla del Raval à la fin du XXe siècle, la réhabilitation de nombreux logements et édifices emblématiques, l'installation des musées les plus modernes, comme le Musée d'Art Contemporain (MACBA) et le Centre de Culture Contemporaine (CCCB), l'ouverture d'un nouvel édifice de la Filmothèque de Catalogne et, surtout, la reconquête des rues et des places par ses habitants, ont fait du Raval un quartier de la ville qui propose une offre culturelle très riche et variée, qui attire de plus en plus d'artistes et d'artisans et où l'on peut toujours découvrir de nouvelles propositions émergentes. Les rues sont les mêmes, mais aujourd'hui elles paraissent plus larges, plus lumineuses et pleines de vie. Le mélange des origines de ses habitants et la vie culturelle intense qu'on y respire font de ce quartier l'un des plus vivants de la ville, et ravalejar invite à découvrir de nombreux univers en un seul, le Raval.

more

Informations de contact

Vous pouvez aussi aimer...